INTRODUCTION

« Bougie Bougie, belle ville où je suis né, Croyez moi je suis fier de porter
Les initiales J S M B et les couleurs Que vous voyez sur les cotés
Allez les verts – Allez les rouges … »
Ou encore

“ ELLI HAB ILAAB E SPORT   ICHAREK FI EL MOULOUDIA…’’

Qui d’entres nous n’a pas fredonné ces vers à un moment de sa vie. A Bougie ou le football comme partout ailleurs est le sport roi par excellence. Qui ne se souvient de ces rencontres dans un stade trop exigu ne pouvant contenir tout le monde.
Les plus heureux accèdent à la tribune dite officielle, les moins chanceux se bousculaient tout autour du grillage, contre la clôture en ciment, faisant office de pose postérieur ou accoudoir inconfortable et froide. Le reste dehors, attendait l’ouverture des portes ; ceci en seconde mi-temps. Et encore, si l’équipe locale menait au score. Nous gamins dans l’insouciance, nous nous faufilions à travers les files de grandes personnes non sans les supplier de nous faire entrer.Le stade Jean FIORI,baptisé à l’indépendance est devenu stade « Salah Benalouache »  martyr de la révolution et ex joueur de la JSMB puis de l’USB , a vu passer une pléiade de joueurs connus ou méconnus , martyrs de la lutte armée ou décédés plus tard Célèbres ou victimes de l’ingratitude de ce sport qui fut pourtant pendant bien longtemps, le seul moyen d’expression devant le colonisateur et sa puissance. L’unique moyen, celui de l’affronter sur un terrain à arme égale 

« L E    B A L L O N »


LA CLÔTURE EN CIMENT


NAISSANCE DE LA J S M B

Quelques jours après la grève de 1936….

Et c’est ainsi qu’après plusieurs consultations, le groupe des membres fondateurs de la future JSMB prenait forme, et la liste établie (par manque d’informations précises je me vois dans l’obligation de ne citer qu’une partie de la composante) Je tiens donc à m’excuser auprès de toutes les personnes ayant figurées sur cette liste ou participé de loin ou de près à la constitution des membres fondateurs.

Dont voici à mon humble avis les quinze principaux témoins :

-1-  Maître BOUCHENAK Boudjelmine 
       Avocat et conseiller municipal chargé des affaires indigènes.
-2-  Si Salem OULTACHE
       Ferme familiale
-3-  Ahmed BOULIMAT
       Industriel, propriétaire d’unités (Caroubes et figues sèches)
-4-  Abdelhamid BABA AISSA
       Intellectuel de la ville, et représentant local des oulémas    
       Avec si Salem Oultache, industriel entreprise familiale.
-5-  Ahmed BOUROUAG
       Propriétaire magasin de beignets (khfafdji) rue Fatima.
-6-  Mohand Saïd TOUATI 
       Commerçant (tissu) rue Fatima face à l’entrée de Sidi soufi
-7-  Omar KEBACHE 
       Commerçant rue Fatima face au lycée Ibn Sina
-8-  Seddik AGGOUN
       Pâtissier rond point de la poste
-9-  Mustapha CHEBAB
       Interprète (Trejmane) auprès du tribunal de Bougie.
-10- Mohamed BENZAID (dit da l’Hachemi)
        Employé Shell (puis gérant station service Shell)
-11- Mohamed Ameziane KHAMSI
        Employé Shell
-12- Mohamed ABDELKRIM (dit Gargoulette)
        Employé Shell
-13- Mohamed HAMLAOUI
        Employé municipal gardien du square rue du vieillard.
-14- Mansour HAMADACHE
      Commis interprète
-15- El Hadi KHEROUBI
       Commerçant (café) ancien étudiant expulsé de Tunis par le   
       Gouvernement Français.


17 MAI 1936 – LE GRAND JOUR

 Nul ne pouvait se douter que ce jour du 17 mai de cette année qui restera mémorable dans l’esprit de tous les Bougiotes, Qu’un club Algérien et Musulman allait naître. Sous l’impulsion de ces hommes qui déléguèrent quelques uns parmis eux, choisis selon certains critères, en fonction de leur position sociale, niveau intellectuels et bien sur socioprofessionnels.
Car convaincre le 1er notable de la ville en l’occurrence Mr Borg, maire de Bougie à cette époque n’était pas une mince affaire au vue des évènements particuliers et de l’état  de suspicions  auquel était confronté le gouvernement Français avec l’apparition ça et là de mouvements nationalistes du à la prise de conscience des Algériens qui commençaient à s’organiser autour d’un noyaux formé par les partis démocrates. Ce qui augurait, pour  l’autorité Française, le début de la révolte, la lutte armée et c’est sur la fin de son règne colonial.       
Ce matin donc, les six membres dégagés après l’ultime réunion de la veille au local de Mr Tebbane (rue Fatima)
Il s’agit de : MM. Bouchenak, Ahmed Boulimat, Med Khamsi, El Hachemi Benzaid, Med Abdelkrim, Med Hamlaoui. (Seddik Aggoun, sage qu’il était avait préféré céder sa place au dernier cité) D’ailleurs ce changement de dernière minute allait s’avérer très important devant le maire (histoire des couleurs).
A 10 heures 30 minutes, le groupe est reçu dans le bureau du maire qui les attendait.

Après les formalités d’usage et expliqué le but de leurs visite .Mr Borg commença à remplir le formulaire d’affiliation et prendre tous les renseignements utiles et obligatoires à savoir : Caractères de l’association ‘’ A politique ‘’, appellation …etc.
Arrivé au chapitre ‘’couleurs’’, nos amis se regardèrent, car il fallait faire passer (le vert et le rouge) comme étant une simple improvisation ; bien que le mouvement national ayant déjà choisi ces couleurs (vert et rouge, le blanc ne figurant pas encore sur ce qui allait être l’emblème national).
De même que toute la population qui les attendait dans les quartiers de la vieille ville, pour c’était le’’vert et rouge ‘’ou rien.
Et tout ceci à l’insu du Français.
Tout à coup une idée lumineuse traversa l’esprit d’un des membres. Celui-ci en entrant dans le bureau avait par respect enlevé sa chéchia, la déposant sur le billard qui s’y trouvait.
Da Med Hamlaoui jetant un coup d’œil furtif à ses amis, pris la parole : « Mr le maire si mes camarades sont d’accord bien sur , regardez la chéchia rouge sur le billard vert , je crois que si vous ne voyez pas d’inconvénient , nous opterons pour le’’ rouge et vert’’. »
--« Quelle coïncidence et pur hasard » S’écrièrent les autres en s’empressant de donner leur accord. Et comment !
Mr Borg n’y a vu que du feu, il hocha la tête en souriant et inscrivant sur le papier en gros caractères ‘’ROUGE ET VERT’’




DIMANCHE 13 SEPTEMBRE 1936 : PREMIERE RENCONTRE OFFICIELLE DANS L’HISTOIRE DE LA JEUNESSE  SPORTIVE  MUSULMANE  BOUGIOTE

Pour le premier match de son histoire la JSMB rencontrera le club de l’USFMS de Sétif. Victoire des Bougiotes (1 à 0)  
Fiche technique :
Stade municipal Jean Fiori (actuel Salah Benalouache)
But : Himi Bouabid (38’) pour la JSMB.
Les équipes :

 JSMB  : Med Seddar, Med Abdelkrim (cap), Abdelaziz Trabelsi, Mheni Cherifi, Saci
                   Dali bey, Mustapha Kenane, Himi, Bouabid, Ali Benmouhoub, Md Said
                   Tiab, Belkacem, Djouadi, Boualem Baaziz.
                Entraîneur: Med Khamsi
 
Hormis le fait que ce jour fut mémorable bien sur. Un autre fait aussi marquant eu lieu ce 13 septembre avant le début de la rencontre.L’un des membres fondateurs et du comité directeur ; en l’occurrence : Mr Ahmed Boulimat avait ramené sa petite fille Lila âgée alors d’a peine huit ans (Sage femme, actuellement en Retraite et Épouse Zidi).

Habillée d’une robe et d’un foulard (vert et rouge) aux couleurs du club Elle fut conduite au centre du Terrain et donna le coup d’envoi de ce 1er match historique. 



M’HAMED BOUABID (dit HIMI) LE PREMIER BUTEUR DANS L’HISTOIRE DE LA JSMB


LA PREMIERE EQUIPE DE LA JSMB EN 1936 À BORDJ MOUSSA

Debout de gauche à droite : Khamsi Mohamed (ent ) – Belkacem Djouadi –     Mheni Cherifi-  Ali Benmouhoub – Saci Dali bey – Boualem Baaziz (tchato)
Accroupis de gauche à droite :
Mohand said Tiab- Mustapha Kenane – Mhamed Bouabid (himi)  
Assis au premier rang: Mohamed Abdelkrim (el captan) - Mohamed Seddar –Abdelaziz Trabelsi.


L'EQUIPE DE L'USFMS QUI A RENCONTRE LA JSMB LORS DU 1er MATCH LE 13 SEPTEMBRE 1936


D’après le manuscrit de MOUHAMED BOULAHROUZ « Histoire du sport à Béjaia, depuis 1936 à ce jour »

Plan du site

Actualité sur le forum

Album Photos